FANDOM


Ghjklm

Deinonychus

Deinonychus est un genre de dinosaures carnivores de la famille des Dromaeosauridae, dont une seule espèce est décrite : Deinonychus antirrhopus. Ce dinosaure long d'approximativement 3,4 m a vécu au début du Crétacé, entre environ 115 et 108 millions d'années (du milieu de l'Aptien au début de l'Albien). Ses fossiles ont été découverts dans les États américains du Montana, du Wyoming et de l'Oklahoma, dans les roches des formations de Cloverly et d'Antlers. Des dents qui pourraient appartenir au genre Deinonychus ont été trouvées beaucoup plus à l'est dans le Maryland.

L'étude du Deinonychus par le paléontologue John Ostrom à la fin des années 1960 a révolutionné la façon de penser des scientifiques sur les dinosaures, conduisant à la « renaissance des dinosaures » et rallumant le débat pour savoir si les dinosaures étaient des animaux à sang chaud. Avant cette étude, la conception populaire faisait des dinosaures des sortes de reptiles géants peinant à se déplacer. Ostrom a remarqué que Deinonychus avait un corps petit et harmonieux, à la posture horizontale, à la colonne vertébrale ressemblant à celle des ratites et surtout ayant aux pattes arrière de grandes griffes comme les rapaces, ce qui suggère qu'il s'agissait d'un prédateur actif et agile.Le nom du genre, du grec ancien δεινός, deinόs, « terrible », et ὄνυξ, ónyx, « griffe », qui signifie « griffe terrifiante », fait référence à l'inhabituellement longue griffe en forme de faucille trouvée sur le deuxième orteil de chaque patte arrière. Le fossile YPM 5205 possède cette grande griffe fortement courbée. Les archosauriens actuels ont un étui corné qui s'étend sur toute la longueur de l'os. Ostrom a étudié les griffes de crocodiles et d'oiseaux et reconstruit de là les griffes de YPM 5205 qui devaient mesurer plus de 12 cm de long. L'épithète spécifique antirrhopus, qui signifie « contrepoids », renvoie à l'idée que se faisait Ostrom du rôle de la queue. Comme chez d'autres dromæosauridés, les vertèbres de la queue ont une série de tendons ossifiés et de processus osseux très allongés. Ces caractéristiques semblaient faire jouer à la queue un rôle de contrepoids raide, mais un fossile de Velociraptor mongoliensis (IGM 100/986) très étroitement apparenté au Deinonychus avait une queue courbée latéralement en forme de S. Ceci suggère que sa queue pouvait se plier latéralement avec un grand degré de flexibilité.

Dans les formations de Cloverly et d'Antlers, les restes de Deinonychus ont été retrouvés étroitement liés à ceux de l'ornithopode Tenontosaurus. Par ailleurs des dents de Deinonychus ont été découvertes avec des fossiles de Tenontosaurus, ce qui signifie que ce dernier devait être chassé ou au moins piégé par les Deinonychus.

Description Modifier

En se basant sur les plus grands spécimens connus, on peut estimer que Deinonychus devait mesurer au moins 3,4 mètres de long, avoir une tête longue de 41 cm, une taille à la hanche de 87 cm et peser aux environs de 73 kg. Il avait de puissantes mâchoires munies d'une soixantaine de dents courbes, en forme de lame. Les études de son crâne ont débouché sur des descriptions qui ont beaucoup évolué au fil des décennies. Ostrom avait reconstruit partiellement un crâne, imparfaitement conservé, qu'il décrivait comme triangulaire, large et assez semblable à celui d'Allosaurus. Plus tard la découverte de crânes de Deinonychus et d'espèces étroitement apparentées où l'aspect tridimensionnel du crâne était mieux conservé a montré que le palais était plus voûté et la face beaucoup plus étroite que ce qu'Ostrom pensait, tandis que les os jugaux étaient plus évasés, lui permettant d'une meilleure vision stéréoscopique. Le crâne de Deinonychus était toutefois différent de celui du Velociraptor car le sommet de son crâne était plus solide, comparable à celui de Dromaeosaurus et il n'avait pas les os nasaux déprimés de Velociraptor. Le crâne, y compris la mandibule, présentait des fosses temporales qui en réduisaient le poids. Chez Deinonychus la fosse antéorbitaire, une ouverture du crâne située entre l'œil et la narine, était particulièrement importante.

Deinonychus possédait de grandes mains avec une griffe sur chacun des trois doigts des pattes avant. Le premier doigt était le plus court et le deuxième le plus long. Chaque patte arrière portait une griffe en forme de faucille sur le deuxième doigt, qui était probablement utilisée au cours de la prédation.

Aucune plume n'a été retrouvée en présence des fossiles de Deinonychus. Néanmoins, certains indices suggèrent que les Dromaeosauridae, dont Deinonychus fait partie, avaient des plumes. Le genre Microraptor est à la fois plus ancien géologiquement et plus primitif phylogénétiquement que Deinonychus et est placé dans la même famille. De multiples fossiles de Microraptors ont gardé des plumes pennées comme celles retrouvées chez les oiseaux actuels, au niveau des pattes avant, des pattes arrière et de la queue. Velociraptor est géologiquement plus jeune que Deinonychus, mais y est plus étroitement apparenté (tous deux appartiennent au clade des Eudromaeosauria, comme l'indique les classifications ci-dessous). Sur un spécimen de Velociraptor ont été trouvées des excroissances osseuses le long du cubitus, qui pourraient être le reliquat de plumes d'aspect moderne.

Classification Modifier

Deinonychus est l'un des dromæosauridés les mieux connus et est un proche parent du Velociraptor, plus petit, que l'on trouve dans les terrains plus jeunes de la fin du Crétacé en Asie centrale. Phil Currie place Deinonychus, comme les autres dromæosauridés, avec Velociraptor dans le clade des Velociraptorinae. Ce clade, inventé par Rinchen Barsbold en 1983 ne contenait à l'origine que le genre Velociraptor. Deux genres datant du Crétacé supérieur, Tsaagan découvert en Mongolie et Saurornitholestes en Amérique du Nord, semblent également proches, même si ce dernier est mal connu et difficile à classer précisément. Velociraptor et ses apparentés sont considérés comme utilisant plus leurs griffes que leurs dents pour tuer, au contraire à d'autres dromæosauridés comme Dromaeosaurus, qui utilisent plus leurs têtes trapues.

Une étude phylogénétique des paléontologues Nicholas Longrich et Philip J. Currie menée en 2009 modifie la place de Deinonychus, qui n'est plus dans cette étude considéré comme faisant partie des Velociraptorinae, mais du clade des Eudromaeosauria, dans la famille des dromæosauridés. Cela donne le cladogramme ci-dessous :

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .